fr en CONTACT rss
Accueil du site > Français > Témoignages > Une droitière contrariée libérée ! *

Une droitière contrariée libérée ! *


Ci-dessus, écriture Arabe tracée de gauche à droite avec la main droite.



Ghada est droitière homogène, d’origine libanaise. Sa langue maternelle parlée et écrite est l’arabe - graphisme droite / gauche. Comme la plupart de ses compatriotes, elle est donc droitière contrariée par le sens d’écriture droite / gauche.
Enfant, elle commence à apprendre le français et son hémisphère gauche aura sans nul doute la satisfaction d’utiliser le sens gauche / droite, sens d’ouverture dominant de sa main droite et de son œil droit, celui pour lequel le fonctionnement de son cerveau de droitière est normalement fait. Ghada viendra en France finir ses études.

Dans le cadre de la formation continue Vittoz, je propose à notre groupe parisien, une journée de sensibilisation à la latérapédagogie. Le témoignage de Ghada m’arrive par courriel le soir même :

"La connexion main gauche avec mon cerveau droit m’ouvre à mon espace émotionnel. Je fais aussi le lien avec la migraine source de beaucoup de souffrance physique dans mon cerveau droit et également sur le plan psychique. La souplesse que cela m’apporte dans mon fonctionnement cérébral côté droit est énorme déjà".

Trois mois s’écoulent. Ghada souhaite me faire part de ses avancées :

"Je viens partager avec toi la joie de ma nouvelle découverte : je suis bien, de par mes origines, une droitière contrariée par le sens ! Je découvre à travers l’exercice des “ deux sens d’ouverture ”, un aspect particulier et personnel dans lequel je m’identifie. C’est pourquoi la langue française est plus facile pour moi à écrire, non seulement parce que je l’écris depuis fort longtemps déjà, mais aussi parce-que je me rends compte qu’elle se fait dans le sens dominant de mon ouverture.
Mais voici mes impressions lorsque j’ai écrit en arabe avec la main droite de gauche à droite sur papier calque : sensation d’ouverture très agréable ; je n’ai pas senti de sensation de vide ou un manque de repère ; c’est simple, léger et confortable d’écrire. Lorsque j’ai inversé le papier calque pour voir ce que l’écriture donnait, j’ai été scotchée !!! Car, j’ai découvert une écriture fluide, claire et lisible du premier coup, étonnant vraiment, et ce, malgré que je n’ai pas écrit l’arabe depuis des lustres ! Il est clair qu’un petit temps d’adaptation, c’est-à-dire ralentir le rythme d’écriture au début est important pour que la spontanéité vienne. Histoire de me nourrir du bénéfice de la sensation et ça met de l’ordre en moi ! Je ne manquerai pas de le refaire. Quel bonheur de découvrir cela !!! ”.


Ghada conclue :

“ Mes “ deux côtés ” sont bons pour moi :

Mon hémicorps gauche en mouvement, particulièrement la main, active mon cerveau droit, c’est mon identité, mes racines, mon plaisir, mon coté lumineux et créatif ; là où il y a de l’envie, du désir, de l’émotion ; en somme, le lieu de mes “ actes voulus ”, de mon moi profond.
Mon hémicorps droit, par les tracés de ma main droite active mon cerveau gauche : c’est davantage la part volontaire de ma personnalité, celle qui met en route mes capacités à décider, certes avec sincérité et je sens moins que cela fasse appel à l’émotion. C’est le côté de mes “ actes volontaires ”, de mon “ JE ”, “ je veux, je choisis, je décide et je fais ”.
Je tire mon chapeau, et à toi et aux capacités en moi ! Je deviens de plus en plus autonome face à mes migraines qui sont de plus en plus contrôlables”.

*Retrouvez ce témoignage page 121 dans « Gauchers en difficulté la latérapédagogie, une richesse inexploitée », éditions Pierre Téqui.


< Précédent : Rien qu’un « petit » détail    Suivant : Un travail d’équipe >

dernieres nouvelles

Formations à venir

Inscription

Témoignage

Rien qu'un "petit" détail

Acheter

Outils Gaucher-Droitier